HUILE ESSENTIELLE DE RAVINTSARA

Cinnamomum camphora o.p. feuilles

Le principe actif ou chémotype  principal du Ravintasra étant le 1.8 cinéole=eucalyptol et comme tous les oxydes, il sera toujours présent dans les problèmes de la sphère ORL.

C’est le plus puissant antiviral. Il s’utilise aussi bien pur que dilué.

A intégrer vraiment dans toute les pathologies virales et notamment dans la sphère ORL.

Grace à son pouvoir anti-infectieux, il fera baisser la fièvre naturellement (donc pas d’étonnement).

Spécificités biochimiques :

OXYDES 55% : 1.8 cinéole 55%

MONOTERPENES 28% : sabinène 14%, alpha pinène 5%

MONOTERPENOLS 10% : alpha terpinéols 8%

Famille botanique : Lauracées

Indications, propriétés et précautions d’emploi de l'huile essentielle de Ravintsara

S .N.C.                       O.R.L.                                    DIGESTIVE                 URINAIRE

Déprime                      Grippe                                    Hépatites virales

Fatigue                        Mononucléose

Insomnie                      Herpès

Stress                          Angine

Anxiété                        Bronchite

Nervosité                     Laryngite

                                  Rhinite

                                  Sinusite

                                  Toux grasse

                                  Trachéite

DERMATO              RHUMATO                       GENERALE             CIRCULATOIRE

Zona                     Crampes                          Fièvre

Eczéma sec                                                  Stimule l’immunité

Mycoses

Psoriasis

Verrues

 

Propriétés : anti-infectieuse, antibactérienne, antivirale, antifongique, mucolytique, expectorante, immunostimulante, asséchante à forte dose, tonique psychique, physique, hypotermisante, antimycosique, antalgique, décontracturante musculaire.

 

Précautions : aucune aux doses physiologiques, asséchante à forte dose.

 

Voies d’administration :

 

Orale : +++                 Cutanée : +++             Diffusion : +++

Article N°1- RAVINTSARA: (Article de synthèse)

LE RAVINTSARA (CINNAMOMUM CAMPHORA) … l’incontournable des huiles essentielles

 

Le Ravintsara (ou Camphrier de Madagascar) , dont est extraite l’huile essentielle de ravintsare est un arbre qui appartient à la famille des Lauracées (Lauraceae). Il peut atteindre 15 à 40 mètres de haut, bien qu’il ne dépasse rarement 20 mètres en Europe. Ses feuilles sont ovales et dégagent une odeur fraîche liée à la présence de cinéole.Répandus dans les régions tropicales et subtropicales, de l’Asie du Sud-Est, aux Etat-Unis en passant par Madagascar et le Nord de l’Amérique du Sud. (1)

On raconte d’ailleurs que les Malgaches s’en servaient pour aromatiser leur rhum et en faire une boisson capable de soigner l’esprit et le corps.

En malgache, le mot ravintsara vient de: ravina qui signifie feuille, tsara qui signifie bonne, d'où vient  son petit nom: « l’arbre aux bonnes feuilles ».

Une fois récoltées, ces « bonnes feuilles » suivent un processus de distillation des feuilles fraîches par entrainement à la vapeur, ce qui permettra d’obtenir la précieuse huile essentielle dont on se sert.

 

 

LA COMPOSITION BIOCHIMIQUE:

 

La composition biochimique est susceptible d’évoluer en fonction des conditions de production.

Wan-Yang et ses collègues en 1989 ont mené une étude détaillée sur la composition chimique des huiles essentielles de CINNAMOMUM CAMPHORA de 164 arbres en provenance de Chine. Les auteurs ont analysé 363 échantillons d’huiles essentielles issus de différents organes après récolte et entrainement à la vapeur d’eau. 34 composants ont été identifiés.

En fonction de la prédominance de certains composés chimiques présents dans les feuilles, cinq chémotypes ont été déterminés : type camphre, type linalol, type cinéole, type isonérolidole, type bornéole. (2)

 

Mollenbeck et ses collègues en 1997 ont mené une étude sur des échantillons de feuilles de CINNAMOMUM CAMPHORA  provenant de Madagascar fournies par le Centre National d’Application des Recherches Pharmaceutiques (CNARP). L’identification et la quantification des huiles essentielles ont été réalisées par chromatographie en phase gazeuse (CPG) à haute résolution couplée à un spectromètre de masse (SM). Au niveau de la composition chimique, les composants majoritaires sont le 1,8 cinéole (62.5%), le sabinène (11.9%) et               l’alpha-terpinéole (9.2%), alpha pinène (2,8%).(3)

Ainsi on peut représenter le chémotype de cinéole de Cinnamomum camphora selon le modèle suivant :  CINNAMOMUM CAMPHORA CT cinéole issu de la distillation des feuilles de Cinnamomum camphora en provenance de Madagascar. Son huile essentielle est dénommée huile essentielle de ravintsara.

 

LES ACTIVITÉS BIOLOGIQUE DE L’HUILE ESSENTIELLE DE RAVINTSARA:

L'étude de certaines espèces de la famille des lauracées montre qu'un certain nombre d'extraits ont des activités antioxydantes, anti-inflammatoires et antitumorales significatives (4,5,6).

L’huile essentielle de RAVINTSARA est un incontournable de l’hiver grâce à ses propriétés antivirales et anti-infectieuses. Sa richesse en 1,8 cinéole , un éther monoterpènique bicyclique également connu sous les noms d’eucalyptol (7) connu pour ses vertus antifongiques, anti-infectieuses, antibactériennes et antivirales autant dire une panacée, explique entre autres que son huile essentielle permet de soigner cette grande diversité de maux. C’est donc un excellent antimicrobien à large spectre d’action contre toute forme d’infections.

 

1. Activité antivirale de l'huile essentielle de ravintsara

Au terme des études menées très récemment, il apparaît que l’huile essentielle de RAVINTSARA est probablement l’un des plus puissants antiviraux naturels connus. Cette conclusion a été confirmée par les travaux de Yang et ses collègues , en 2010 qui ont étudié l’activité du 1,8-cinéole vis-à-vis du virus de la bronchite infectieuse (IBV) à l’aide d’un test au MTT et qui ont démontré que  le 1,8- cinéole possède des propriétés contre le virus de la bronchite infectieuse (IBV) et que son mode d’action passant par un mécanisme d’interférence sur la liaison entre l’ARN et le nucléocapside N du virus (8) .

Son action à la fois sur l’inhibition de la formation des acides nucléiques viraux (ADN et ARN) ainsi que sur l’inhibition de la réplication virale. Son activité antivirale est  doublée d’un renforcement des défenses immunitaires.


 

2.Activité antibactérienne à large spectre de l huile essentielle de ravintsara

Grâce à sa composition riche en 1,8-cinéole, carbures et alcools monoterpéniques, l’huile essentielle de Ravintsara est considérées avec excellence un antibactérien à large spectre, ses pouvoirs antimicrobiens ont été confirmées par plusieurs travaux de recherches scientifiques.

Des études regroupées par Bakkali et al. (2008) montrent un effet bactériostatique sur diverses souches bactériennes, notamment sur Escherichia coli et Bacillus subtilis (9).

 

Li et al. en 2014 ont testé l’effet bactéricide et batériostatique de l’huile essentielle issus des feuilles de Cinnamomum ainsi que des cinq constituants les plus importants dans la composition de cette huile: le 1,8-cinéole, le alpha-terpinéol, le terpinène-4-ol, le safrole et le alpha-terpinène. Les bactéries utilisées sont Staphylococcus aureus, Escherichia coli et Salmonella enteritidis.

Les résultats montrent que l’huile essentielle de Cinnamomum  a des propriétés antibactériennes et que les cinq constituants testés, présents dans l’huile essentielle, ont également montré des taux variables d’inhibition. Le 1,8-cinéole a une activité comparable à celle de l’huile essentielle. Cependant, l’effet inhibiteur de l’huile essentielle est inférieure à celle de l’alpha-terpinèol, le terpinène-4-ol, contre           S. aureus, E. coli et S. enteritidis. Le alpha-terpinène a quant à lui une action bactériostatique et bactéricide spécifique à S. enteritidis. (10)

Enfin, l’étude montre que le 1,8 cinéole a une activité antibactérienne, mais que

cette propriété est plutôt marginale en comparaison avec les autres composés terpéniques testés. (9,10)


 

3.Activité anti-inflammatoire de l huile essentielle de ravintsara:

Quant à son action anti-inflammatoire et antioxydante, elle a été confirmée par des études qui démontrent que le 1-8 cinéole (le ravintsara en contient 70 %) permet d’inhiber les médiateurs de l’inflammation.

Santos et Rao en 2000 ont mené une étude sur les effets anti-inflammatoire du

1,8-cinéole en effectuant plusieurs tests sur des rats : le test de l’oedème, induit par la carraghénine et le test du granulome, provoqué par une boule de coton. D’après les auteurs, les résultats de l’étude démontrent que le cinéole produit des effets anti-inflammatoire en inhibant non seulement l’oedème provoqué par la carraghénine mais aussi en inhibant la formation du granulome chez le rat. (11)

 

Bastos et al. (2011) se sont intéressés à l’évolution de l’activité des marqueurs

inflammatoires des voies respiratoires lors d’une provocation à l’ovalbumine, avec ou sans pré-traitement par inhalation de 1,8-cinéole. Les marqueurs mesurés sont l’activité de la myéloperoxydase (MPO), les leucocytes, ainsi que les cytokines TNF, interleukine-1 (IL-1) et l’interleukine-10 (IL-10).

Les auteurs ont démontré que le pré-traitement au 1,8-cinéole a réduit les niveaux de cytokines inflammatoires telles que TNF et IL-l ,et a également réduit l’augmentation de l’activité de la myéloperoxydase(une enzyme considérée comme un indice de l’infiltration des neutrophiles). (12)

Pour les auteurs, les effets anti-inflammatoires du 1,8-cinéole seraient dus à un équilibre entre la réduction de la libération de cytokines pro-inflammatoires et le maintien de la production physiologique d’immunomodulateurs (12)

 

Lima et al. (2013) ont montré le rôle anti-inflammatoire du cinéole par diminution des cytokines pro-inflammatoires. Le 1,8-cinéole aurait donc une activité anti-inflammatoire par une inhibition des cytokines impliquées dans l’inflammation des voies respiratoires.(13)


 

4.Activité analgésique de l huile essentielle de ravintsara:

L’huile essentielle de RAVINTSARA a des qualités polymorphes et s’est révélée aussi un excellent relaxant physique et psychique, lequel s’explique par son contenu en terpènes (l’alpha-terpinéol) actifs au niveau du système nerveux central, et en 1-8 cinéole qui a un effet anti-douleur prouvé par plusieurs travaux de recherches en phytothérapie et aromathérapie.  

 

Les études de Santos et Rao en 2000 ont montré, que le 1,8-cinéole (400 mg/kg)

présente un effet analgésique sur les souris par une inhibition de la réponse à la douleur dans les deux phases du test, de façon similaire à la morphine. Cependant, contrairement à cette dernière molécule, la naloxone ne présente aucun effet sur le cinéole, indiquant l’existence d’un mécanisme de type non opioïdes pour l’activité analgésique du 1,8-cinéole (11).


 

5.Activité bronchodilatatrice de l'huile essentielle de ravintsara:

L’action antitussive, décongestionnante et expectorante nasale du l’huile essentielle de RAVINTSARA et de ses dérivés a été l’une des premières à faire l’objet d’une recherche systématique.

L’étude de Worth et al., en 2009 a été réalisée en double-aveugle sur des patients

présentant une Broncho-pneumopathie chronique obstructive( BPCO) stabilisée. Les patients ont reçu pendant 6 mois à raison de 3 fois par jour une dose de placebo ou 200 mg de cinéole. Au cours de la période de 6 mois de traitement les multiples critères étudiés que sont la fréquence, la gravité et la durée des exacerbations étaient significativement inférieurs dans le groupe traité par le cinéole que dans le groupe ayant reçu un placebo. Les critères secondaires confirment ces résultats : l’amélioration de la fonction pulmonaire et la qualité de vie, notamment par une diminution de la dyspnée, étaient statistiquement significatives par rapport au placebo. Les auteurs ont démontré qu’un traitement au cinéole réduit les exacerbations ainsi que la dyspnée et améliore la fonction pulmonaire et l’état de santé général.  (14)

Cette étude indique en outre que le cinéole possède une action anti-inflammatoire sur les voies respiratoires, bénéfique dans le traitement de la BPCO. (14)


 

6.Activité antiparasitaire (anthelminthique) de l'huile essentielle de ravintsara:

 

Les infections à helminthes comptent parmi les infections les plus répandues chez l'homme et d'autres animaux domestiques et touchent un grand nombre de la population mondiale.La majorité de ces infections dues aux vers sont généralement limitées aux régions tropicales et leur apparition est accélérée par un mode de vie peu hygiénique et la pauvreté entraîne également le développement de

symptômes tels que l'anémie, l'éosinophilie et la pneumonie.

Pour démontrer l’activité antiparasitaire et insecticide de l’huile essentielle de CINNAMOMUM CAMPHORA  une enquête sur l’activité in vitro des anthelminthiques dans les feuilles de camphre de Cinnamomum a été menée ,l'extrait aqueux de Cinnamomum camphora a montré une activité anthelminthique d’une manière dépendante de la dose, montrant une efficacité maximale à une concentration de 50 mg / ml pour les trois types de vers.

L'extrait de plante a montré une activité plus puissante à la concentration la plus faible (10 mg / ml) contre l’ascaris (Ascaridia galli). L'activité anthelminthique de l'extrait était comparé au médicament standard citrate de pipérazine. (15)


 

7.Activité anti-allergique de l huile essentielle de ravintsara

Des études ont été faites pour objectif d’Identification de diméthylmatairesinol et son effet  de suppression des immunoglobulines E (IgE) en tant que composant des feuilles de Cinnamomum camphora.

Les ImmunoglobulinE (IgE) jouent un rôle important dans les maladies allergiques. L'étude montre qu'un extrait au méthanol de feuilles de camphrier, CINNAMOMUM CAMPHORA , réduit la quantité d'IgE sécrétée par les cellules du myélome humain U266. Lorsque l'extrait méthanolique a été fractionné par extraction avec des solvants organiques, la fraction d'acétate d'éthyle a présenté l'activité la plus élevée. La fraction a ensuite été séparée en plusieurs sous-fractions par CCM préparative. Il a été identifié que la composante de l’une des sous-fractions actives était diméthylmatairesinol.Les auteurs ont confirmé d’aprés cette étude que  l'extrait de Camphora et ses composants, notamment le diméthylmatairesinol, pourraient servir d'agent anti-allergique.  (16)


 

8.Activité antifongique de l huile essentielle de ravintsara

Une étude réalisée en 2008 a voulu déterminer l’activité antifongique de certaines

huiles essentielles contre Candida albicans, parmi eux l’huile essentielle de RAVINTSARA . Ces huiles essentielle ont été  comparées à deux antifongiques standards : le miconazole et le clotrimazole.

Après obtention des zones d'inhibition, la concentration minimale inhibitrice a été déterminée : CINNAMOMUM CAMPHORA à une CMI de (3180 μg/ml) contre C. albicans.

D’après cette étude, CINNAMOMUM CAMPHORA aurait une activité antifongique contre C. albicans in vitro. Des études plus approfondies pourraient être mises en oeuvre in vivo afin de confirmer cette propriété. (17)


 

9.Activité antigénotoxique de l huile essentiele de ravintsara

L'étude de l'extrait de feuilles de CINNAMOMUM CAMPHORA a montré les effets protecteurs contre les dommages de l'ADN et les modifications biochimiques des souris causés par l'atrazine (AT), la substance active d'un pesticide appartenant à la famille chimique des triazines, qui présente un effet herbicide , L'atrazine est l'un des herbicides les plus couramment utilisés (18) .L'utilisation généralisée de l'Atrazine a provoqué une contamination de l'environnement, entraînant une génotoxicité et des perturbations biochimiques chez les cellules animales et humaines. Dans cette expérience, tous les tissus testés qui ont été traités avec l'extrait de feuilles de CINNAMOMUM CAMPHORA ont présenté une diminution significative des anomalies chromosomiques et des dommages à l'ADN . (18)

 

10.Activité anti-tumoral de l'huile essentielle de ravintsara

L’huile essentielle de CINNAMOMUM CAMPHORA et certaines autres plantes telles que la sauge, le romarin et le basilic, largement utilisées dans les médicaments traditionnels, contiennent des monoterpènes. Les études ont montré que certains composants des huiles essentielles, en particulier les monoterpènes, ont un effet suppressif et anti-mutagène sur le nombre de cellules cancéreuses humaines, notamment le cancer du côlon, le cancer gastrique, les tumeurs du foie, le cancer du sein, la leucémie et autres  (19) .La plupart des traitements de chimiothérapie anticancéreuse comprennent des médicaments hautement cytotoxiques contre les cellules cancéreuses en prolifération, ainsi que des cellules saines pouvant être nocives pour l'organisme. Avec un mécanisme d'action différent, les huiles essentielles avec leurs composants monoterpènes peuvent avoir plusieurs activités pharmacologiques suppressives de tumeurs. (19)

 

METHODES D’UTILISATION de l'huile essentielle de ravintsara:

L'huile essentielle de RAVINTSARA possède des propriétés variées et peut de fait être utilisée de manière diverses selon les vertus que l'on souhaite exploiter: par application cutanée ( en la diluant dans une huile végétale comme l’huile d’olive) , en prise orale (en diluant 1 goutte de cette huile essentielle dans une huile végétale alimentaire) ou inhalation humide en intégrant 2 gouttes dans un bol d'eau bouillante.

Elle peut être également diffusée seule ou en mélange à l'aide d'un diffuseur d'huiles essentielles.

L’expert Alexia Blondel, spécialiste en huiles essentielles conseillait l’utilisation de cette huile essentielle par méthode de diffusion atmosphérique ‘’ En cas d’épidémie grippale et autres virus hivernaux, pensez à cette huile essentielle aux propriétés antivirales remarquables. Diffusez-là dans les pièces de la maison trois fois 30min par jour pour assainir l’atmosphère. Ce geste simple permet de réduire ainsi le risque de contamination et renforcer l’immunité des personnes présentes.’’

 

LES PRÉCAUTIONS D’UTILISATION:

Probablement la plus souple des huiles essentielles, tout le monde peut utiliser l’huile essentielle de RAVINTSARA à l’exception évidemment des femmes enceintes de moins de 3 mois.

Elle est également utilisable par toutes les voies. Enfin, il est cependant préférable pour les personnes asthmatiques et épileptiques de demander conseil à leur médecin avant utilisation.

 

Remarque: il ne faut pas confondre l’huile essentielle de RAVINTSARA (CINNAMOMUM CAMPHORA)  avec l’huile essentielle de ravensara aromatica et le ravensara anisata. Ces deux dernières sont également issues de la famille des lauracées, mais proviennent de l’arbre havozo (arbre qui sent). L’huile essentielle de RAVINTSARA reste celle qui contient le plus de bienfaits. (20)


 

Rédigé par: TALEB.Z

 

Mots-clés: Huile essentielle de ravintsara, Antivirale, Cinnamomum camphora, Anti-allergique, génotoxicité, Anti-inflammatoire, Chémotype



 

Références:

 

1. Walter S. Judd, Christopher S. Campbell, Elizabeth A. Kellogg et Peter Stevens :

Botanique systématique : Une perspective phylogénétique. De Boeck Supérieur, 2002.

2. Shi Wanyang, He Wei et Wen Guangyu : Study on chemical constituents of the

essential oil and classification of types from cinnamomum camphora. Acta Botanica

Sinica (China), 31(3):209–214, 1989.

3. S Mollenbeck, T Kohler, F. E.nig, P Schreier, W Schwab, J Rajaonarivony et

L Ranarivelo : Chemical composition and analyses of enantiomers of essential oils

from madagascar. Flavour and fragrance journal, 12(2):63–69, 1997.

4. Chen­Lung Ho, Eugene I­Chen Wang, Yu­Chang Su. Essential Oil Compositions and Bioactivities of the Various Parts of Cinnamomum Camphora Sieb.Var. Linaloolifera Fujuta 2009;31(2):77–96.

5. Edris AE. Pharmaceutical and Therapeutic Potentials of Essential Oils and Their Individual Volatile Constituents: A Review. Phytother Res 2007;21(4):308–23.

6. Lin TC, Chu FH, Tseng YH, Tsai JB, Chang ST, Wang SY. Bioactivity Investigation of Lauraceae Trees Grown in Taiwan. Pharmaceutical Biology 2007;45(8):638–44.

7. Robert Tisserand et Rodney Young : Essential oil safety : a guide for health care

professionals. Churchill Livingstone, 1995.

8. Zhiwei Yang, Nan Wu, Yujie Fu, Gang Yang, Wei Wang, Yuangang Zu et Thomas

Efferth : Anti-infectious bronchitis virus (ibv) activity of 1,8-cineole : Effect on

nucleocapsid (n) protein. Journal of Biomolecular Structure and Dynamics, 28(3):323–330, décembre 2010.

9. F. Bakkali, S. Averbeck, D. Averbeck et M. Idaomar : Biological effects of essential

oils – a review. Food and Chemical Toxicology, 46(2):446–475, février 2008.

10. Li Li, Zheng-Wen Li, Zhong-Qiong Yin, Qin Wei, Ren-Yong Jia, Li-Jun Zhou, Jiao

Xu, Xu Song, Yi Zhou, Yong-Hua Du, Lian-Ci Peng, Shuai Kang et Wang Yu :

Antibacterial activity of leaf essential oil and its constituents from cinnamomum longepaniculatum.Int J Clin Exp Med, 7(7):1721–1727, 2014.

11. FA Santos et VSN Rao : Antiinflammatory and antinociceptive effects of               1,8-cineole aterpenoid oxide present in many plant essential oils. Phytotherapy Research, 14(4):240–244, 2000.

12. Vasco PD Bastos, Antoniella S Gomes, Francisco JB Lima, Teresinha S Brito, Pedro MG Soares, João PM Pinho, Claudijane S Silva, Armênio A Santos, Marcellus

HLP Souza et Pedro JC Magalhães : Inhaled 1, 8-cineole reduces inflammatory

parameters in airways of ovalbumin-challenged guinea pigs. Basic & clinical pharmacology& toxicology, 108(1):34–39, 2011.

13. Patricia Rodrigues Lima, Tiago Sousa de Melo, Karine Maria Martins Bezerra Carvalho,Italo Bonfim de Oliveira, Bruno Rodrigues Arruda, Gerly Anne de Castro

Brito, Vietla Satyanarayana Rao et Flavia Almeida Santos : 1,8-cineole(eucalyptol) ameliorates cerulein-induced acute pancreatitis via modulation of cytokines,

oxidative stress and nf-kb activity in mice. Life Sciences, 92(24-26):1195–1201,

jul 2013.

14. HeinrichWorth, Christian Schacher et Uwe Dethlefsen : Concomitant therapy with

cineole (eucalyptole) reduces exacerbations in COPD : A placebo-controlled doubleblind trial. Respiratory Research, 10(1):69, 2009.

15. Haque, R. et al., Investigation of in Vitro Anthelmintic activity of Cinnamomum Camphor Leaves, 2011. International Journal of Drug Development & Research       3, 301-306.

16. Hiroki, T. et al., Identification of Dimethylmatairesinol as an Immunoglobulin

E-suppressing component of the leaves of Cinnamomum camphora,

2011. Journal of Health Science 57, 184-187.

17. Priyanka Singh, Bhawana Srivastava, Ashok Kumar et N. K. Dubey : Fungal contamination of raw materials of some herbal drugs and recommendation of cinnamomum camphora oil as herbal fungitoxicant. Microbial Ecology, 56(3):555–560, mars 2008.

18. Asmaa S Salman, Ayman A Farghaly, Souria M Donya, Fawzia Shata. Protective Effect of Cinnamomum Camphora Leaves Extract Against Atrazine Induced Genotoxicity and Biochemical Effect on Mice. Journal of American Science 2012;8(1):190–6.

19. Edris AE. Pharmaceutical and Therapeutic Potentials of Essential Oils and Their Individual Volatile Constituents: A Review. Phytother Res 2007;21(4):308–23.

20. Andrianoelisoa H,Menut C, Danthu P. Ravensara aromatica ou ravintsara :

une confusion qui perdure parmi les distributeurs d’huiles essentielles en Europe et en Amérique du Nord. Phytothérapie. 2012;10(3):161-9